Mary Robinson

Le XXIème siècle c’est le siècle de l’Afrique.- Mary Robinson

Membre du Comité consultatif Eminent de l'AWEPA

Mutilation génitale féminine / excision

Female Genital Mutilation/Cutting Programme

Historique

Environ 100 à 140 millions de femmes dans le monde souffrent des conséquences des mutilations génitales féminines ou de l’excision. En Afrique, on estime que plus de 90 millions de jeunes filles âgées de 10 ans et plus ont subi une MGF/E. À l’instar des migrations internationales, les MGF/E sont devenues un problème de plus en plus inquiétant en Europe également. Afin de promouvoir efficacement l’abandon de ces pratiques, les lois relatives à la répression et à la prise en charge doivent s’accompagner d’une solide campagne d’information, prévoyant actions de sensibilisation et d’éducation au sein des collectivités où les MGF/E sont d’actualité. Ces actions doivent être menées à tous les niveaux, des gouvernements aux responsables élus, des administrations locales aux chefs traditionnels et chefs religieux, aux organisations féminines et de jeunesse, ainsi que, naturellement, aux communautés concernées. Il est en outre crucial de continuer à mettre en œuvre des mesures d’aide aux victimes et de trouver d’autres possibilités d’emploi pour les femmes dont le revenu principal repose sur ces pratiques.
Pour ce qui est de l’Europe, le relativisme culturel doit être évité en toutes circonstances. Les mêmes principes (droits de l’homme, par exemple) doivent s’appliquer aux femmes issues de cultures différentes et aux Européennes. Après un partenariat fructueux en 2011, l’AWEPA a coopéré à nouveau en 2012 avec le FNUAP et l’UNICEF pour l’abandon des MGF/E dans le contexte du programme conjoint « Female Genital Mutilation: Accelerating Change » (Mutilations génitales féminines : accélérer le changement).

Objectifs

L’objectif global du programme MGF/E de l’AWEPA est l’abandon, en une génération, de la pratique des mutilations génitales féminines et des excisions en Afrique et en Europe.
Le programme a pour but d’améliorer la capacité de certains parlements africains (au Burkina Faso, au Mali et au Sénégal dans un premier temps) à exercer leurs fonctions de contrôle, de représentation et législatives concernant les pratiques de MGF/E. Il se concentre, d’une part, sur la législation relative aux MGF/E et le suivi de son application, et, d’autre part, sur le besoin d’une approche communautaire en matière de sensibilisation et d’éducation.

Résultats

  • Au Burkina Faso et au Mali, les parlementaires sont plus au fait du problème des MGF/E d’une manière générale ainsi que sur le plan transfrontalier entre les deux pays plus particulièrement ;
  • Les parlementaires du Burkina Faso sont mieux armés pour contribuer à la rédaction de la loi sur la violence à l’égard des femmes, notamment les MGF/E ;
  • L’échange d’expériences et d’expertise entre les parlementaires africains et européens a renforcé l’entente mutuelle et la volonté politique d’une coopération ;
  • Les OSC, citoyens du Burkina Faso et parlementaires africains et européens échangent davantage sur le problème des MGF/E ;
  • Le dialogue sur ce sujet s’est renforcé entreparlementaires et dirigeants locaux ;
  • Le manuel parlementaire « Directives à l’intention des parlementaires : abandon des mutilations génitales féminines et des excisions » a été publié et diffusé ;
  • Faisant suite à la réunion parlementaire sur l’abandon des MGF/E en juin 2012, les parlementaires néerlandais ont signé, en juillet 2012, l’Initiative multipartite pour l’égalité des sexes, aux termes de laquelle ils s’engagent conjointement à promouvoir l’égalité des chances et les droits de la femme à travers le monde. En outre, deux parlementaires ont présenté deux propositions concernant la violence à l’égard des femmes et les MGF/E, qui ont été adopté au Parlement néerlandais le 5 juillet 2012 ;
  • Toujours concernant le problème des MGF/E, l’AWEPA s’est associée en 2012 à Girls Not Brides (GNB). GNB est une campagne ayant pour mission de mettre fin à une autre pratique traditionnelle malsaine, le mariage précoce.

Related News and Media

No more related posts found